Publié le

Robin des bois, Cernunnos et le 1er mai.

Robin_Hood_and_Little_John,_by_Louis_Rhead_1912

Robin et Marianne, roi et reine de mai

 

Dans l’ Antiquité, pour la fête gauloise de Beltaine, équivalente de notre 1er mai, se tenait une représentation, un duel entre l’hiver et l’été. Le guerrier de l’été vêtu de vert, décoré de feuillages, de fleurs et de lierre combattait le guerrier de l’hiver vêtu de fourrures et de vêtements noirs, l’été devait l’emporter face à l’hiver, ceci représentait le retour du soleil resplendissant, le retour de la verdure et de la vie face à la noirceur de l’hiver.

 

Le personnage du guerrier de l’été en vert, n’est pas sans rappeler Robin des Bois. Bien sûr, se limiter à la comparaison vestimentaire serait un peu léger, mais les comparaisons vont bien plus loin. A travers des contes, des chants et plus tard des livres, sur différents personnages ( fictifs ou non ) tels que Robert Fitz-Ooth, ont été greffés les atributs de divinités solaires de l’ Europe païennes.

 

L’élection du roi de mai était une ancienne tradition pratiquée dans toute l’Europe, dans chaque village. Les garçons qui prétendaient au titre devaient passer plusieurs épreuves : duels, courses, grimper aux arbres, chasser, et aussi faire preuve d’ érudition par des poèmes et des prises de paroles en public.

Le vainqueur était désigné roi de mai, il était considéré comme un représentant de la divinité, que ce soit Cernunnos, Vali, Freyr, Taranis, Thor… Selon les lieux et les époques.

Les dieux étaient des archétypes héroïques, et le garçon remportant les épreuves par des prouesses possédait donc ces qualités héroïques.

Le roi de mai choisissait sa reine de mai parmi les jeunes filles du village ( qui avaient elles aussi des épreuves à passer, des travaux plus typiquement féminins, comme le travail sur le métier à tisser, dont nous percevons quelques bribes dans la Belle aux Bois Dormant ).

Le concours du roi et de la reine de mai à évolué et donna plus tard les tournois de chevalerie, où le chevalier vainqueur choisit sa dame en posant ses armes à ses pieds.

 

Scene-Tournoi
Tournoi de chevalerie

 

Robin représentant de Cernunnos

 

Le roi de mai, représentant de la divinté solaire masculine, l’élu, était un avatar de Cernunnos, le dieu cerf celtique, le dieu cornu, ou de Vali chez les nordiques ( lui aussi représenté par un élan ), il était comme le cerf, le roi de la forêt.

Plutôt que “Robin des Bois”, ne pourrait-on pas dire aussi “Robin aux Bois” ?

Cernunnos
Cernunnos sur le chaudron de Gundestrup

 

Dans sa version anglaise, il est nommé Robin Hood, “hood” signifiant “capuche”, est-ce une erreur, ou un jeu de mot volontaire faisant référence au capuchon, au chapeau que portaient autrefois les sorciers ?

 

Marianne, la compagne de Robin est elle aussi représentatrice de la reine de mai, Lady of May. Surnomée Belle Marianne, ou Maid Marian ( vierge ), elle était un avatar de Freya.

La période du 1er mai était autrefois la période des mariages. Robin et Marianne représentent les deux époux vainqueurs, roi et reine de mai.

 

Robin_Hood_and_Maid_Marian
Robin et Marianne.

 

Le Robin des Bois illustré par Jean Trubert comporte tous les éléments symboliques cités précédement :

– l’interdiction de la chasse au cerf, ce qui signifie pour les initiés l’interdiction de revêtir la peau de cerf et d’incarner Cernunnos. A l’époque où les nobles décidèrent de garder leurs privilèges et rendirent l’election du roi de mai obsolète en décrétant que seule le descendant du roi peut être le roi.

– Le tournoi d’archerie, correspondant aux jeux de mai.

– Marianne / Freya qui épouse Robin / Vali le vainqueur du tournoi.

– Les hommes cachés dans les arbres, ou les esprits de la forêt, représentants du dieu Pan et de Cernunnos.

– Le chevalier noir apparaissant à la fin, même si son symbolisme est discutable, il s’agit de l’ancien roi, le roi de l’hiver; le nouveau roi, symbole du printemps, et du renouveau est Robin.

 

Nous trouvons d’autres versions du chevalier vert que représente Robin des Bois. Dans les nombreuses légendes sur Merlin, l’une d’elle raconte que le sorcier avait revêtu l’apparence d’un chevalier vert, afin d’initier les chevalier de la table ronde. Revêtu d’une armure verte, d’un heaume vert, d’un bouclier vert, il fit illusion auprès des chevalier qui ne le reconnurent pas et l’identifièrent à un esprit de la forêt.

 

Cernunnos, Pan, Faunus

 

Lors des parades et des festivals païens comme Carnaval, les costumes des prêtres comportaient des bois de cerf, mais lorsque les bois étaient trop rares à trouver ils étaient remplacés par des cornes de bélier, ou de bouc. Est-ce pour celà que certaines divinités comme Pan sont représentées avec des sabots et des cornes de bouc ou de bélier ?

Pan est un équivalent de Cernunos, de Freyr. Il est lui aussi l’esprit de la forêt. Il correspond au Faunus romain.

Il donna plus tard l’image du diable chez les chrétiens qui tentèrent de supprimer les fêtes paiennes par une diabolisation.

Dieu Pan
Le dieu Pan

 

Le 1er mai était la fête des mariages pendant laquelle la représentante de Freya avait pour sa nuit de noce, un rapport sexuel avec son mari, représentant de Cernunos, ou Pan.

Robin et Marianne
Robin / Vali et Marianne / Freya

 

Village-Scene-With-Dance-Around-The-May-Pole-People-Oil-Painting-LP04230
Dance autour de l’arbre de mai.

 

pieter-bruegel-maypole
May Day

Nous comprenons maintenant comment cette fête est devenue par la suite la nuit des sorcières, nuit pendant laquelle les femmes “hérétiques” avaient un rapport sexuel avec le diable.

 

800px-Francisco_de_Goya_y_Lucientes_-_Witches'_Sabbath_-_WGA10007
Le Sabbat des sorcières par Francisco Goya

 

Enfin, le nom de Pan renvoie aussi un autre personnage célèbre vêtu de vert, dont le costume est étrangement proche de Robin des Bois : Peter Pan.

 

Mais nous reviendrons sur lui une autre fois.